Adaptation et évolution des maladies infectieuses :
des pathogènes aux sociétés

Prochain Atelier le mercredi 29 juin de 14h à 17h.
Rendez-vous salle 66, bâtiment Thémis, Campus Lyon Tech La DOUA.

La pandémie de COVID-19 a mis en évidence le poids des maladies infectieuses sur les sociétés humaines, la santé publique, l’économie nationale, la vie sociale, la politique et les médias. Cet épisode de l’histoire vient s’ajouter aux récentes épidémies chez l’homme et l’animal et à la résistance croissante aux antibiotiques, coïncidant avec des changements environnementaux sans précédent. Cette « épidémie d’épidémies » est liée à l’extraordinaire capacité des agents pathogènes à évoluer et à s’adapter. En retour, les humains, les animaux et les autres organismes vivants développent continuellement des stratégies (génétiques, comportementales ou politiques) pour éviter, tolérer ou résister aux agents pathogènes. La pandémie actuelle souligne la difficulté des sociétés à mettre en place des stratégies anticipant ces cycles continus d’adaptation et d’évolution.

Ce programme élargit la gestion des maladies infectieuses émergentes à la santé sociale, animale et environnementale, en réunissant des perspectives écologiques, biologiques, cliniques, épidémiologiques, psychosociales, socio-économiques et politiques. En explorant la variabilité des agents pathogènes et des hôtes, ainsi que les rétroactions évolutives et sociales, nous préparons la réponse et la gestion des risques infectieux.

Lyon est idéalement positionnée pour développer ce programme, basé sur un écosystème académique unique en microbiologie, immunologie, écologie des maladies infectieuses, ainsi qu’en sciences sociales (prises de décision, représentations et comportements), lié à des installations hospitalières (par exemple, des chambres pour les patients infectés par des agents de niveau 3 et 4), des plateformes de haute sécurité (par exemple, le BSL4 de l’Inserm Jean Mérieux), des installations de séquençage pour la surveillance (GENEPI), et une forte connexion avec les industriels (LYON BIOPOLE et IRT BIOASTER).

L’approche One Health est facilitée par deux plateformes nationales d’épidémiosurveillance, 9 centres nationaux de référence et l’Equipex+ InfectioTron.

Quels sont les indicateurs biologiques, cliniques et psychosociaux nécessaires pour développer une gestion globale des maladies infectieuses ? Il s’agira d’aborder ces questions à travers cinq objectifs :

  1. évaluer les adaptations des pathogènes et des hôtes, aux niveaux biologique, écologique et psychosocial ;
  2. étudier l’impact des croyances individuelles et collectives liées à la santé et au contrôle des maladies sur la dynamique épidémiologique ;
  3. comprendre l’impact de ces adaptations sur les relations hôte-pathogène, la résistance aux antimicrobiens et la gravité des infections ;
  4. proposer des solutions préventives et curatives intégrant l’adaptation pour contrôler l’émergence, la propagation, la gestion de la santé publique de manière durable,
  5. évaluer l’impact rétroactif des solutions préventives et curatives sur les pathogènes, les sociétés et les écosystèmes.